UFC Que Choisir Logo 700Les banques en ligne mettent toujours en avant leurs nombreux tarifs gratuits. Pour un consommateur, choisir ces établissements plutôt qu’une banque classique constitue une vraie économie dans la gestion de son compte. Toutefois, certains frais bancaires payants subsistent.

Depuis qu’elles ont déboulé sur le marché français il y a maintenant dix-sept ans, elles en ont fait leur marque de fabrique ! Les banques en ligne cassent les prix en matière de frais bancaires. Et c’est toujours vrai. Selon l’étude « Vous et votre banque » de l’Observatoire de la consommation de Que Choisir ces frais ont globalement progressé de 3 % entre 2015 et 2016. Le montant moyen des frais bancaires (d’une banque principale) en 2016 s’élevait à 118 €. Avec une distinction : la facture se monte à 121 € dans une banque de réseau et à 59 € au sein d’une banque en ligne.

Au chapitre de la banque au quotidien, dans tous les classements et palmarès, elles battent toujours à plates coutures leurs aînées, les banques de guichets des réseaux nationaux ou mutualistes. « Nos tarifications sont simples, claires et transparentes », affirme Marie-Cécile Plessix, directrice générale d’Axa Banque. « Près de 60 % de nos clients ont payé zéro frais bancaire en 2016 », souligne Grégory Guermonprez, directeur France de Fortuneo. Ces tarifs s’expliquent par un modèle économique minimaliste : aucune agence en « dur », pas de conseiller attitré, des sociétés à taille humaine, des innovations technologiques et surtout des opérations du quotidien gratuites (virements, commande de chéquier, édition de Rib) réalisées par le client lui-même grâce à son ordinateur, sa tablette ou son téléphone. Il y a certes des plates-formes téléphoniques ouvertes six jours sur sept du matin au soir pour ceux qui ont besoin d’obtenir un conseil ou un renseignement. Mais avec l’explosion récente du digital dans nos modes de vie, avec un smartphone en main et une application mobile dédiée, gérer ses comptes bancaires en solo et à distance est devenu un jeu d’enfant. Face à cette dynamique inédite, les néobanques surfent bien évidemment sur ces nouvelles habitudes de gestion des finances en ligne. On relève trois enseignes (compte NickelC-Zam, N26), qui ne sont pas à proprement parler des banques, c’est-à-dire qu’elles ne font pas de crédit et n’accordent pas de découvert. Leur spécialité ? Proposer une ouverture rapide d’un seul compte courant assorti d’un Rib et d’une carte de paiement, sans engagement, sans condition de revenu, ni d’épargne. C’est ce qui les différencie des « vieilles » banques en ligne. Quelques documents officiels (pièce d’identité, justificatif de domicile) scannés suffisent pour créer un compte à l’aide de son mobile. Ces banques jouent la carte du numérique, la simplicité d’usage et la modération des coûts. L’impossibilité de découvert empêche tout dérapage. Et ce n’est pas si mal puisqu’un compte dans le rouge pèse pour un tiers dans la facture totale des frais bancaires !

UNE OUVERTURE EN QUELQUES CLICS

 

La suite de l’article : Du bon usage de la banque en ligne
UFC Que Choisir – 30/09/2017

Du bon usage de la banque en ligne

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *